le message secret du roi Hassan II au général de Gaulle – Jeune Afrique


En juin 1966, un proche de Jacques Foccart, secrétaire général de l’Élysée aux Affaires africaines, est reçu par le souverain chérifien pour un entretien où sera notamment évoqué l’assassinat de l’opposant marocain. Compte rendu inédit.


Après l’indépendance du royaume, en 1956, l’affaire Ben Barka a constitué la première vraie crise dans les relations franco-­marocaines, traditionnellement plutôt chaleureuses.

L’enlèvement, le 29 octobre 1965, de l’opposant socialiste Mehdi Ben Barka devant la brasserie Lipp, à Paris, puis son assassinat, sont ressentis par le général de Gaulle comme une atteinte à son honneur et à celui de la France.

Il réclamera quelques mois plus tard au souverain marocain Hassan II l’arrestation – voire la liquidation – des agents du Makhzen impliqués dans l’affaire, en particulier du ministre de l’Intérieur, Mohamed Oufkir.

Liens troubles

L’affaire fait d’autant plus scandale que des agents du Service de documentation extérieure et de contre-­espionnage (Sdece) français – les Lopez et Souchon évoqués par Hassan II dans le texte qui suit – ont été mêlés à l’enlèvement, révélant les liens profonds, et parfois troubles, entre les sécuritaires des deux pays.

Hassan II assure ne rien savoir de l’affaire, refuse de livrer Oufkir à la justice ou même de le limoger. La France rappelle alors son ambassadeur à Rabat. Le royaume en fait de même avec Moulay Ali, cousin de Hassan II.

L’object­if de la rencontre : solder les différends, qui dépassent le cas Ben Barka, entre Paris et Rabat

La relation est rompue pour plusieurs mois. Jusqu’au 28 juin 1966 et cet entretien entre le souverain marocain et un proche, dont l’identité est restée secrète, de Jacques Foccart, le tout-puissant secrétaire général de l’Élysée aux Affaires africaines. L’object­if de la rencontre : solder les différends, qui dépassent le cas Ben Barka, entre les deux alliés.

Ci-dessous un extrait inédit du compte rendu qu’en a fait l’interlocuteur du roi, tiré des archives du fonds Foccart et publié par les éditions Nouveau Monde dans le passionnant De Gaulle inattendu, qui vient de paraître en librairie.

Couverture du livre « De Gaulle inattendu » (éditions Nouveau Monde, 2020).

Couverture du livre « De Gaulle inattendu ». © Éditions Nouveau Monde / Fondation Charles de Gaulle

Une heure et demie de conversation

À mon arrivée à Casablanca, le prince Moulay Ali, qui m’attendait, m’a fait savoir que le roi, en séjour à Ifrane, désirait me voir. Le samedi matin, je suis parti en voiture avec le prince Moulay Ali pour Ifrane que nous avons atteint dans l’après-midi. Le roi était allé faire une tournée dans l’Atlas et ne devait rentrer que très tard le soir.





Source link

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.