« Le combat contre le colon ne sera jamais doux » – Jeune Afrique


Le Camerounais André Blaise Essama, en 2017.

Le Camerounais André Blaise Essama, en 2017. © Reinnier KAZE / AFP

À Douala ou Yaoundé, le nom d’André Blaise Essama est associé à la destruction des symboles de la colonisation. Alors qu’en Afrique, la présence des figures de l’oppression dans l’espace public fait rage, le militant camerounais veut en profiter pour porter haut la voix de son engagement.


Dans les rues de Douala, il est reconnaissable entre mille. Tenues en tissus africains, tengade ou chéchia sur la tête, samaras de cuir aux pieds… Le style vestimentaire d’André Blaise Essama est une revendication à lui tout seul, l’expression d’une « fierté » et de son engagement « contre le colon ».

« On ne peut pas combattre la néo-colonisation avec les outils néocoloniaux », martèle-t-il. La bicyclette avec laquelle cet activiste de 44 ans sillonne les rues du quartier New-Bell est décorée aux couleurs du Cameroun. À l’arrière de l’engin, une plaque indique le nom du père de l’indépendance du Cameroun, Ruben Um Nyobè, l’une de ses sources d’inspiration.

« Décolonisation des rues »

À chaque coin de rue, les passants saluent « Le combattant ». « C’est le surnom que mes codétenus m’ont donné en prison », précise-t-il en passant devant les murs de la prison centrale de Douala.

Abonné(e) au magazine papier ?
Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital
pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.





Source link

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.