le cessez-le-feu peut-il tenir ? – Jeune Afrique


A Tripoli, le 17 février 2020.

A Tripoli, le 17 février 2020. © Amru Salahuddien/Xinhua/SIPA

Le cessez-le-feu annoncé le 21 août par Fayez al-Sarraj et Aguila Saleh révèle les divisions au sein du camp de l’Est libyen. La question du contrôle de Syrte reste entière.


« Ce n’est qu’un coup médiatique. La Turquie avec ses navires se prépare à attaquer Syrte et al-Joufra. La vérité, c’est ce qui se passe sur le terrain. Nos forces armées sont prêtes à affronter l’ennemi. » C’est avec cette déclaration relayée par le média Al-Wasat Libya que le porte-parole de Khalifa Haftar, Ahmed al-Mismari, a commenté l’annonce de cessez-le-feu ce 21 août par le chef du Gouvernement d’entente nationale (GNA) de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et le président du parlement de Tobrouk, Aguila Saleh.

Interviewé quelques heures après cette sortie par la chaîne saoudienne Al-Arabiya, Ahmed al-Mismari a alors tempéré ses proposœ: le camp de Haftar ne rejetterait pas formellement l’accord, mais « le texte du GNA a été rédigé par Ankara » a insisté Ahmed al-Mismari.

« Il s’agit d’une première avancée constructive qui montre la détermination des dirigeants libyens à surmonter l’impasse actuelle et crée un nouvel espoir pour un terrain d’entente », venait tout juste de déclarer Josep Borrell, le Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères.





Source link

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.