Face à Lagos, Nairobi et Jo’burg, Le Caire se voit en paradis africain des start-up – Jeune Afrique



Longtemps négligée par les investisseurs étrangers, la capitale égyptienne a pourtant bâti, sous le radar, un écosystème d’innovation capable d’ébranler l’hégémonie sud-africaine, nigériane et kényane.


Shezlong, Brimore, Swvl et Instabug. Ces quatre start-up égyptiennes ont en commun d’avoir bouclé leur levée de fonds en pleine pandémie du Covid-19. Si la première, spécialisée dans la santé mentale, ne dévoile pas le montant qu’elle a reçu, au début de juin, du singapourien Asia Africa Investment Consulting (AAIC), Swvl, le « Uber » égyptien des transports en commun – fondé en 2017 par Mostafa Kandil, un ancien de Rocket Internet (e-commerce) et Careem (VTC) – a mobilisé 20 millions de dollars, contre 5 millions pour pour Instabug (gestion d’applications) et 3,5 millions pour Brimore (distribution).

Une santé de fer

Alors que l’activité du pays est au ralenti depuis l’instauration d’un couvre-feu et que l’épidémie a fait 1 306 morts [au 10 juin], ces annonces illustrent cependant une révolution dans l’écosystème innovant africain : l’Égypte, et plus particulièrement sa capitale, est devenue en quelques années une place majeure de la tech africaine.





Source link

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.