DRC: When security forces track “compromising” anti-regime images in cell phones


By Prince Murhula

In the Democratic Republic of Congo, hundreds of people were arrested after their phones were subjected to impromptu searches by security forces. This practice was deemed illegal by human rights defenders

“I was arrested because I had a picture of a caricature of Kabila in my phone with a caption that said “Kabila get out” , says Anicet Mata, a young student from the city of Kinshasa. The 27-year-old was arrested by police officers in April 2018. He spent 48 hours in detention. “I was coming back from the city one evening and wanted to take a taxi at the Victoire roundabout. Officers in civilian clothes stopped me and then forced me to give them the code for my phone. They searched the photo gallery and then the messenger service. They came across images that they described as “an insult to the head of state,” says Anicet. That evening, he was arrested along with a dozen other people. He was released a few days later.

Henry, an activist from an opposition political party, was also arrested during the same period. “The police found me in Yolo and demanded to search my phone. But as it was new and I didn’t have the photos and messages they were looking for, they released me,” he said.  “I didn’t understand what was going on.  I hadn’t committed any offence”, Henry added.

Widespread surveillance

This form of digital surveillance on citizens’ phones has occurred in several cities in the Democratic Republic of Congo in recent years. Hundreds of citizens, activists and journalists in the country have been arrested or detained for holding images or messages deemed “incriminating” against the regime. These include photos, videos, cartoons or messages critical of the regime. This situation has become more serious since 2016, on the eve of the second and final term of office of former president Joseph Kabila, who was then suspected of wanting to stay in power. For two years, strong demonstrations took place throughout the country. This led the regime to increase surveillance and repression of the population. Despite the 2018 peaceful transition of power, the new regime has been in turn challenged on its legitimacy due to the lack of transparency of the elections.

“When the ANR (intelligence service) arrested me, they first demanded that I give them the code to unlock my phone. In my WatsApp, they saw messages being exchanged with the other activists. They concluded that I was plotting against the president” says Didier, a pro-democracy activist who was arrested during the march organized by the Secular Coordinating Committee, CLC, in Kinshasa.

“Once we were at a demonstration, they took away phones from people filming. They demanded the code, searched their phones and demanded that they erase the videos of the activity,” says Grâce Maroy, an activist from the social movement Lutte pour le changement, LUCHA, in Bukavu. These telephone searches by police and intelligence officers are widespread in Kinshasa, the capital of the DRC. Their aim, according to the security agents, is to contain a threat against the regime in power, which is facing strong opposition to its continued rule on the fringes of the constitution.  Arrests and interrogations have been denounced by several residents and human rights organizations in the Democratic Republic of Congo.

“We have received several alerts and documented cases that we have followed,” says Me Jean Claude Katende, president of ASADHO, the African Human Rights Association, an NGO specializing in monitoring human rights violations in the DRC. “People who had images or messages have been arrested and taken to prison for that,” he adds. While ASADHO does not give precise figures for the number of cases documented, several other civil society sources speak of hundreds of people arrested and thousands more searched by the security services between 2016 and 2018.

Police elements arrest a citizen during demonstrations against Kabila, in 2017.

An illegal practice

On the part of the authorities, there is recognition of the existence of this practice, which, according to them, was put in place in order to preserve the integrity of the territory. “Some people are on file because they pose a threat to national security. When we arrest them, we have to search their phones to look for evidence” indicates an officer from the ANR, the DRC’s intelligence service, anonymously. Many journalists critical of the regime, political opponents, pro-democracy activists and human rights activists have been arrested or have faced more serious charges as a result of their phones being searched.

But he denies the official nature of the phone searches carried out by security agents in the streets of Kinshasa. ” They were rogue agents who were doing it in the streets or neighbourhoods to ransom the inhabitants. “There was no official order”, the officer said.
But some people arrested after street searches claim to have been held in official police dungeons where they were interrogated. This puzzles Me Claude Angonge, head of the Association for Justice and Peace, AJP, in Kinshasa. “We have received a lot of evidence that these agents were acting on behalf of the government and their services,” he said.
For Jean Claude Katende, this practice is unacceptable. “It is a violation of people’s privacy,” states Me Katende.
This is also supported by Daniel Lunzere, a lawyer at the Kinshasa Court of Law. For him, the searches carried out by security agents on citizens’ phones violate the right to privacy if they are not carried out within the framework of the law. If it is a digital search, it must be carried out in the context of a specific case that is under investigation by the courts,” he said. But what we’re seeing is simply a violation of human rights,” he notes.

According to Article 31 of the DRC Constitution, “everyone has the right to respect for their private life and to the confidentiality of correspondence, telecommunications or any other form of communication. This right can only be infringed in cases provided for by law.”
Although searches of anti-regime phones in public places have decreased since Felix Tshisekedi took office, human rights advocates remain vigilant to ensure that this does not happen again. “We are hearing less and less about cases like those reported during Kabila’s time, but it could happen again,” fears Jean Claude Katende.

He calls on the new authorities to keep their promise to uphold the rule of law in the Democratic Republic of the Congo.

Prince Murhula is the Project Manager of JHR in The Deocratic Republic of Congo. This research on digital surveillance was supported by the Media Policy & Democracy Project (MPDP), jointly run by the University of Johannesburg and Unisa.

 

En République démocratique du Congo, plusieurs centaines de personnes ont été victimes des arrestations après des fouilles impromptues de leurs téléphones par des services de sécurité. Une pratique jugée illégale par des défenseurs des droits humains.

« J’ai été arrêté parce que je détenais une caricature de Kabila dans mon téléphone avec une légende qui disait Kabila dégage », raconte Anicet Mata, un jeune étudiant de la ville de Kinshasa.  Ce jeune de 27 ans a été interpellé par les agents de la police en avril 2018. Il a passé 48 heures en détention. « Je revenais de la ville un soir et voulais prendre un taxis au niveau du rondpoint Victoire. Des agents en tenue civile m’ont interpellé puis m’ont obligé de leur donner le code de mon téléphone. Ils ont fouillé dans la galerie photos, puis dans les messageries. Ils sont tombés sur des images qu’ils ont qualifié d’outrage au chef de l’Etat », raconte Anicet. Ce soir-là, il a été interpellé avec une dizaine d’autres personnes, il sera relâché quelques jours plus tard.

Henry, militant d’un parti politique de l’opposition, a aussi été interpellé pendant la même période. « Les policiers m’ont retrouvé à Yolo, ils ont exigé de fouiller mon téléphone. Mais comme il était neuf et je n’avais pas des photos et messages qu’ils recherchaient, ils m’ont relâché », témoigne-t-il.  « Je ne comprenais pas ce qui se passait. Je n’avais commis aucune infraction pourtant », ajoute Henry.

Une surveillance généralisée

Cette forme de surveillance numérique sur des téléphones des citoyens s’est produite dans plusieurs villes de la République démocratique du Congo ces dernières années. Dans le pays, des centaines de personnes, militants ou journalistes ont été arrêtées ou interpellées pour avoir détenu des images ou messages jugés « compromettants » contre le régime. C’est-à-dire des photos, des vidéos, des caricatures ou des messages critiquant le pouvoir. Cette situation a pris beaucoup d’ampleurs depuis 2016, à la veille de l’expiration du second et dernier mandat de Joseph Kabila, ancien président de la république, soupçonné de vouloir s’éterniser au pouvoir. Pendant deux ans, des fortes manifestations ont eu lieu sur l’ensemble du pays. Ce qui a conduit le régime à accroitre la surveillance et la répression des populations. Malgré la transition pacifique du pouvoir en 2018, le nouveau régime s’est retrouvé, à son tour, contesté sur sa légitimé suite au manque de transparence des élections.

 « Quand j’ai été arrêté à l’ANR (service de renseignement NDLR), ils m’ont tout d’abord exigé de leur donner le code pour déverrouiller mon téléphone. Dans mon watsapp, ils ont vu des messages qu’on s’échangeait avec  les autres militants. Ils ont conclu que je complotais contre le président de la République », raconte Didier, un militant pro-démocratie, arrêté pendant la marche organisée par le Comité laïc de coordination, CLC,à Kinshasa.

 « Une fois on a été dans une manifestation, ils ont ravi des téléphones aux gens qui filmaient. Ils leur exiger le code, fouillaient leurs téléphone et exigeaient  d’effacer les vidéos de l’activité », témoigne Grâce Maroy, militante du mouvement social Lutte pour le changement, LUCHA, à Bukavu.

Ces fouilles des téléphones par policiers et agents de renseignements ont été légion à Kinshasa, la capitale de la RDC. Le but, selon les agents de sécurité, était de contenir une menace contre le régime en place confronté à une forte contestation contre son maintien au pouvoir en marge de la Constitution.  Des arrestations, des interpellations ont été dénoncée par plusieurs habitants et organisations œuvrant dans les droits humains en République démocratique du Congo.

« Nous avons reçu plusieurs alertes et documentés des cas que nous avons suivis », reconnait Me Jean Claude Katende, président de l’ASADHO, l’Association africaine des droits de l’homme, une ONG spécialisée dans le monitoring des violations des droits humains en RDC. « Des personnes qui détenaient des images ou des messages ont été arrêtés puis menés en prison pour ça », ajoute-t-il. Si l’ASADHO n’avance pas des chiffres précis du nombre des cas documentés, plusieurs autres sources de la société civile parlent des centaines de personnes interpellées et des milliers d’autres fouillées par les services de sécurité entre 2016 et 2018.

Des éléments de la police arrêtent un citoyen au cours des manifestations contre Kabila, 2017

Une pratique illégale

Du côté des autorités, on reconnait l’existence de cette pratique qui, selon elles, a été mise en place dans le but de préserver l’intégrité du territoire. « Il y a des personnes qui sont fichées car dangereuses pour la sécurité nationale. Quand on les arrête, on doit fouiller les téléphones parce pour trouver des preuves», affirme sous anonymat un officier de l’ANR, le service des renseignements de la RDC. Ainsi, beaucoup de journalistes critiques contre le régime, des opposants politiques, des militantes pro-démocraties ou activistes des droits de l’homme ont été arrêtés ou leurs accusations aggravées après la fouille de leurs téléphones.

Mais il nie l’officialité des fouilles  des téléphones opérées par les agents de sécurité dans les rues de Kinshasa. «  Ce sont des agents indisciplinés qui le faisaient dans les rues ou des quartiers pour rançonner les habitants. L’ordre n’était pas officiel », tranche l’officier.  

Mais certaines personnes arrêtées après fouille de rue affirment avoir été détenues dans des cachots officiels de la police et soumises à l’interrogatoire dans ces lieux. Ce qui laisse perplexe Me Claude Angonge, responsable de l’association pour la justice et la paix, AJP, à Kinshasa. « Nous avons reçu beaucoup d’éléments qui prouvent que ces agents agissaient pour le compte du gouvernement et de leurs services », indique-t-il.

Pour Me Jean Claude Katende cette pratique est inadmissible. « Il s’agit d’une violation de la vie privée des personnes », tranche Me Katende.

Ce que soutient aussi Me Daniel Lunzere, avocat au barreau de Kinshasa. Pour lui, la fouille opérée par les agents de sécurité  dans les téléphones  des citoyens viole le droit à la vie privée  si elle ne se fait pas dans le cadre de la loi. « S’il s’agit d’une perquisition numérique, cela doit se faire dans le cadre d’un dossier précis qui est en instruction devant la justice. Mais ce qu’on remarque c’est simplement une violation des droits humains », note-t-il.

Selon l’article 31 de la Constitution de la RDC, « toute personne a droit au respect de sa vie privée et au secret de la correspondance, de la télécommunication ou de toute autre forme de communication. Il ne peut être porté atteinte à ce droit que dans les cas prévus par la loi. »

Même si les fouilles des téléphones anti-régime dans des lieux publics ont baissés depuis l’arrivée de Félix Tshisekedi, à la tête du pays, les défenseurs des droits humains restent à leurs gardes pour que ceci ne se reproduise plus. « De plus en plus nous n’entendons pas des cas comme ceux rapportés à l’époque de Kabila. Mais ça pourrait se reproduire », craint Me Jean Claude Katende. Il exige aux nouvelles autorités de tenir leur promesse de faire respecter un état de droit en République démocratique du Congo.

Prince Murhula est le gestionnaire de projet de JHR en République Démocratique du Congo. Cette recherche sur la surveillance numérique a été soutenue par le Media Policy & Democracy Project (MPDP), géré conjointement par l’Université de Johannesburg et Unisa.



Source link

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.